Présentation du CIPEN

Présentation du CIPEN

Réunion de présentation du CIPEN le Jeudi 30 mars 2017

Pôle Formation Compétences, Arles

Intervention de Jean-Louis VEYRIE, Président du CIPEN

Bonjour à toutes et tous.

Pascale LICARI du Conseil Régional,
Cyril JUGLARET du Conseil Régional,
Nicolas KOUKAS du Conseil Départemental,
Claude VULPIAN, Président de l’ACCM,
Hervé SCHAVETTI, Maire d’Arles,
Patrick CHAUVIN, 1er Adjoint à la Mairie d’Arles,
Gilbert JAUFFRET, Président honoraire de la CCI PA,
Adrien VINCENTELLI, Attaché parlementaire du Député VAUZELLE,
Stéphane PAGLIA, Président de la CCI PA.

En saluant chacun d’entre vous, je veux, au-delà du protocole, dire combien Stéphane PAGLIA, Alain CHAIX, Sébastien PHILIBERT et moi-même éprouvons une véritable reconnaissance : c’est avec vous, avec les Institutions que vous représentez, Région, Département, Communauté d’Agglomération, Ville d’Arles, qu’il nous appartient désormais de lister les choix nécessaires au développement du Cluster d’Innovation Pédagogique Et Numérique.

Aujourd’hui, le CIPEN, c’est une Association, qui regroupe les trois Ecoles qui auront été initiées par la Chambre de Commerce et d’Industrie du pays d’Arles : l’Institut de Régulation et d’Automation (IRA), le Pôle Formation Compétences (PFC), Motion Pictures in Arles (MoPA).

Demain c’est tout un écosystème qu’il s’agit de développer autour du Numérique et des Industries créatives et culturelles, et tel que le préfigure l’Industrie du futur.

Projet structurant, le CIPEN relève, en effet, de ce qu’enseignent le Territoire et la réalité des Entreprises.

Ainsi mis à cette juste place, le CIPEN ambitionne de participer à l’augmentation de l’activité économique du Territoire ; en pays d’Arles, on le sait bien, il s’agit tout autant de travailler à l’emploi.

Et, voyez-vous, si j’insiste sur ces ententes partenariales, c’est pour signifier qu’on est bien là au cœur de ce qui fait notre « Cluster » lui-même. Le CIPEN en effet veut favoriser :

  • synergies,
  • mutualisations des moyens,
  • efficacités au service de celles et ceux qui le méritent :
    • nos concitoyens,
    • ceux qui nous visitent
    • ceux qui entreprennent,
    • Les collaborateurs des Entreprises, leurs partenaires, leurs clients, leurs réseaux,
    • ceux qui ont à se former pour travailler,
    • ceux qui, loin d’ici, et dans des contrées plus démunies, peuvent profiter des patrimoines industriels que nos Anciens nous auront légués.

J’évoque là : le goût du travail bien fait, celui des utiles transmissions, la force des productions et des commerces aussi opportuns qu’équitables.

Les formations professionnelles – quels que soient les niveaux requis et atteints -, les accompagnements des Entreprises, les considérations des identités territoriales, les respects de chacun pour son propre travail et pour celui d’autrui, autant de réalités qui contribuent à l’éducation. Et, devant vous chers amis, c’est bien cette part que prend l’économie à l’éducation de nos jeunes notamment, c’est bien cette part là qui fait notre engagement et notre détermination.

Avant que nous débattions, Alain CHAIX, Directeur Général du CIPEN, et Stéphane PAGLIA, Président de la CCI PA, vont successivement intervenir. Ils souligneront :

  • L’impact du CIPEN sur le plan local, notamment au regard des partenariats initiés et suivis,
  • Les nécessités pratiques au regard des développements et de la mutualisation des moyens.
  • Le fait que le CIPEN colle aux ambitions de la Région,
  • Les véritables enjeux à partager.

Mais il me tient à cœur de terminer mon intervention en évoquant ce témoignage, entendu dans le cadre de la collaboration entre l’Entreprise A-CORROS et le CIPEN. L’occasion était donnée de se féliciter de ce que permet le numérique et ses applications : pour une entreprise, dont une des Expertises est de travailler sous l’eau, pouvoir partir – au sec – de la modélisation numérique d’une épave dont la réalité, elle, se trouve immergée, et ainsi avoir la possibilité de préparer le chantier d’intervention nécessaire c’est, entre autres avantages, :

  • D’abord faire l’économie des plongées préparatoires, dont il est facile d’imaginer qu’elles sont toujours fastidieuses et coûteuses,
  • Ensuite, former en toute sécurité les Jeunes collaborateurs inexpérimentés aux gestes techniques notamment.

Dans un même sens l’on peut penser, pour comprendre les enjeux du CIPEN, au Futuroscope de Poitiers, dès 2013, l’un de nos premiers Partenaires. On le sait, parti de rien si j’ose dire, voilà à présent un outil de renommée internationale.
Je laisse donc la parole à Alain CHAIX

Intervention d’Alain CHAIX, Directeur Général du CIPEN

Dans le document remis, et que le Président VEYRIE mentionne, nous avons choisi de décliner un historique qui va de l’année 1980 à aujourd’hui. A travers cela, et à travers ce qui suit, il m’incombe d’illustrer avec vous combien le CIPEN s’intègre à la réalité du Territoire :

  • au sein du pays d’Arles,
  • par extension la place de celui-ci dans la Région PACA,
  • Et, finalement, tout ce qui peut être généré à l’International, notamment auprès des Pays émergents.

Le CIPEN c’est – annuellement –

  • Plus de 3000 Personnes formées, et ce bien évidemment au regard de leurs statuts et de leurs histoires de vie – Salariés, Dirigeants d’Entreprises, Demandeurs d’emploi, Jeunes en alternance, Etudiants. Ces formations sont dessinées à la mesure d’un autre regard, tout aussi important, celui des métiers en tension,
  • Au moins 150 Entreprises spécialement accompagnées dans divers domaines – GPEC, assistances techniques, performance industrielle,
  • Des initiations et développements d’outils et méthodes pédagogiques : IRA E-Learning, Média-Eval, Logist-Eval, Colibri, PINEDE, ADELE, …
  • Des certifications de compétences, des « passeports pour l’Industrie », des développements de serious game pour l’éducation (VALMI),
  • Des développements et des labellisations de centre de ressources à l’international sur cinq Continents
  • Des partenariats avec des studios d’animation français et mondiaux, et avec d’autres écoles d’animation
  • La promotion de Films d’animation réalisés par les Etudiants de MoPA, et qui remportent des prix dans les plus grands Festivals internationaux

Le CIPEN c’est 107 Collaborateurs salariés, plus de 100 intervenants externes

Le CIPEN c’est actuellement l’obtention de plusieurs projets Communautaires dans les cadres du PIA2 (800K€ sur 4 ans), et ERASMUS + (450 K€ sur 3 ans).

En termes d’impact économique, l’Association CIPEN génère 4.76 M€ de retombées économiques directes sur le pays d’Arles.

Devant vous, et dans un même sens, je voudrais formuler ce que ces activités engendrent en termes de partenariats.

L’IRA, l’IRA CIPEN,

Notre Institut s’attache tout particulièrement à ce que l’on appelle aujourd’hui la pédagogie cognitive. On en connait la définition : la mise en œuvre d’une démarche de formation qui vise moins d’apprendre que d’apprendre à apprendre. Dans cette dynamique là l’IRA a établi des partenariats avec :

  • BVF
  • NGE
  • L’Ecole Nemesis, celle de la 2è chance avec la CCI du Var
  • La Fédération Française des Courses Camarguaises (Ecole de sport et de traditions taurines)
  • Le Lycée Pasquet
  • L’Ecole Nationale Supérieure de la Photographie (ENSP),
  • Le CFAIM,
  • L’Association les Abeilles
  • Fibre Excellence

De ce travail et de ces collaborations s’élabore donc une réponse à Appel à Projets dans le cadre du Programme Erasmus : HANNA.

L’IRA a mis en place une Ferme 3D Et des partenariats significatifs s’inscrivent là aussi :

  • Le Musée départemental Arles antique
  • L’Office du Tourisme d’Arles
  • Airbus / SAFRAN / LVMH
  • Archeomed

A l’IRA se développent les activités liées à la réalité virtuelle et les partenariats inhérents avec :

  • Le Parc de Camargue
  • Archéomed,
  • La Fondation Van Gogh
  • Les marais du Viguérat,
  • L’ENSP
  • L’IUT d’Arles

PFC

Le PFC, on le sait s’attache à la Formation Continue, aux Contrats Pro. Il répond au Plan Régional de Formation, le PRF. Je souligne ici des Formations spécifiques et des Partenariats inhérents – là encore de manière non exhaustive, mais bien pour signifier combien le CIPEN s’inscrit dans la réalité actuelle et à venir du Territoire :

  • Cuisiniste en lien avec les Cuisines SCHMIDT
  • 200 Personnes formées en perspective des Rencontres d’Arles
  • Diplôme Negoventis avec Marie Blachère
  • Formation en lien avec la grande distribution comme Leclerc
  • Formation en perspective du Village de Marques
  • Bien sûr, Open Job
  • Passerelle vers les Métiers / CMP, Logistique, activité oh combien essentielle sur notre territoire

MoPA

Dans la dynamique des cours, et au profit de ceux-ci, MoPA développe des partenariats avec :

  • Le MuCEM
  • Culture Espace des Baux-de-Provence
  • Le Musée départemental Arles antique

Les soirées au théâtre antique et les prix obtenus sont symptomatiques.

On le comprendra facilement : ces développements méritent des moyens supplémentaires. Le document que nous vous distribuons décline ceux-ci :

  • Des espaces pédagogiques innovants
  • Des laboratoires destinés à la recherche et au développement
  • Un centre d’affaires
  • Des espaces dédiées à l’accueil d’entreprises

Au-delà, il s’agit de favoriser délibérément une véritable mutualisation des moyens. Et c’est dans ce sens que le regroupement dans un même lieu s’impose. Autour de la réunion des trois centres de formation tout ce qui relève de l’accompagnement de l’entreprise est privilégié. Notre Palais des congrès devient un Centre d’affaires, la CCI PA y trouve sa place. Le Campus devient intégré.

Mais cela, le Président de la CCI PA nous en rend compte plus précisément.

Intervention de Stéphane PAGLIA, Président de la CCI du Pays d’Arles

Jean-Louis VEYRIE a donné la dimension de l’enjeu. Alain CHAIX vient d’en démontrer la réalité : le CIPEN est un projet structurant pour le Territoire.

Au demeurant il correspond aux choix de la Région : notamment, les Orientations d’Intérêt Régional. Le document que nous vous remettons décline l’ampleur de ces correspondances. Et devant vous, représentants de la Région, du Département, du Pays d’Arles, je suis particulièrement heureux à la perspective de présider à une structure consulaire qui travaille en liens étroits et fidèles avec les autorités territoriales.

Ici, en rappelant cet exemple évoqué par Alain, je souligne un fait significatif parmi bien d’autres : le projet collaboratif HANNA, dans le cadre du Programme ERASMUS, pour le développement d’une plateforme de mutualisation, laquelle favorise compétences et donc accélération de l’employabilité des Personnes, ce qui représente 450 000€ sur 3 ans.
Le CIPEN, Campus intégré, correspond tout autant à ce qui se développe dans de nombreux territoires français.

Le document que vous nous remettons rend compte de différentes expériences réalisées ou en voie d’initiation :

Avec vous, et ici, je voudrais évoquer ce qu’inspire « The Camp » à l’Arbois Aix en Provence :

  • Ce projet prévoit d’accueillir sur un campus de 12 000 m² des Entreprises, des Start-up, des Porteurs de projets, des Etudiants.
  • Son inspiration vient des campus américains, où les conditions de la création et de l’innovation sont favorisées à travers les interactions de populations dont les profits et les expériences sont différents.
  • Ainsi ce sont des étudiants en design, en marketing ou en communication qui côtoient des ingénieurs.

Ce projet passe pour devenir le plus grand campus créatif de France. 4 écoles du groupe Icones, dont l’Ecole Supérieur des Métiers Artistiques, spécialisées dans la création numérique, vont s’implanter sur place. 1 400 étudiants seront rassemblés dans un bâtiment conçu sur l’ancienne place d’Armes.

Et le CIPEN, sans prétendre à ces dimensions-là, doit tout autant représenter une projection à 20 ans. C’est à cet égard que faire des choix avec vous est particulièrement précieux. Nous créerons ensemble un Campus où les populations viendront vivre et travailler sur des périodes courtes et intenses. Elles imagineront et expérimenteront autant de solutions qui rendront la ville du futur plus durable, plus équitable, plus humaine.

Les espaces nécessaires et les mutualisations de moyens doivent dans ce sens être prévus pour répondre aux normes internationales.

Quand on sait par exemple tout ce que l’IRA est capable de développer sur plusieurs Continents, l’on mesure les potentialités réelles, et donc les projections inhérentes : à 20 ans.

Quand on se félicite des prix et des reconnaissances qu’obtient notre école MOPA, encore convient-il de lui donner des moyens à la hauteur de son développement, et donc les projections inhérentes : à 20 ans.

Il s’agit de recevoir de hautes Personnalités mais pas seulement. Il s’agit d’attirer de grandes Entreprises. Il s’agit de contribuer à rendre le Territoire véritablement attractif.

L’enjeu est réel, il est important. Il mérite la plus grande des rigueurs, celle de s’attacher aux vraies problématiques pour bénéficier des justes opportunités.

Cet enjeu, Jean-Louis VEYRIE, l’évoquait : participer humblement et activement à l’attractivité économique du Territoire, participer humblement et activement à l’éducation des générations actuelles et à venir.

En affirmant devant vous cela, je souhaite que soit bien entendue toute notre détermination, celle que nous inspirent réalités du territoire et des entreprises. Et c’est dans ce sens que je souhaite que ce qui nous préoccupe ensemble quant à la localisation du CIPEN reste relatif à la nécessité et à l’ampleur du projet.

Dans le document remis nous disons tout l’intérêt que nous entrevoyons à travers une implantation aux Papeteries Etienne. C’est là redire la force des deux Rives du Rhône. C’est participer aux renouvellements de tout un Quartier, celui de Trinquetaille. C’est se situer comme tête de pont d’un espace emblématique, la Camargue. C’est redire tout ce que la modernité de l’Usine du futur doit aux patrimoines industriels que nous ont laissés nos Anciens.

Et chacun d’entre vous peut imaginer ce que le Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie du Pays d’Arles peut ressentir à l’endroit même de l’Industrie qu’auront développé Maurice ETIENNE et sa Famille – Maurice Etienne qui, bien avant nous, cher Président JAUFFRET, a présidé notre Etablissement consulaire.

Mais entendez-moi bien : ce n’est pas cette émotion-là qui nous fera faire, de ce choix de la localisation, un absolu. Ce choix il nous appartient : à vous Elus territoriaux et à nous Elus consulaires. Et nous voilà, ensemble, CIPEN et CCI PA, tout à votre écoute.

A propos de Philippe DONNART

Si vous avez envie de développer la visibilité de votre entreprise, commerce en Provence n'hésitez pas : consultez cette page